Divorcer, rompre un couple, c’est toujours trancher en soi, à vif. Il faut être sûr que le bien qu’on en tire est plus grand que le mal dont on va souffrir. Parfois des arbres dont on coupe trop de branches meurent. Et il faut aussi penser à l’autre, aux autres. A tous ceux que ces branches protégeaient

Le livre de la vie, Martin Gray



 Un divorce n’est jamais une expérience neutre. Que l’on soit à l’initiative de la séparation ou pas, que le divorce soit désiré par les deux parties ou pas, il importe que vous puissiez échanger en toute liberté avec votre Avocat.

Rassurez-vous sur un point, votre Avocat est tenu au secret professionnel…mais plus que l’assurance du respect d’une règle déontologique, c’est le sentiment de confiance qui doit vous amener à échanger de façon détendue et sereine avec votre Conseil.

Sans communication simple, franche et directe, pas de bonne défense.

En effet, aucun conseil ajusté ne pourra vous être délivré sans que vous n’ayez au préalable retranscrit au plus juste votre situation.

A cette fin, nous organisons un premier rendez-vous au cours duquel nous allons apprendre à nous connaître d’une part et faire une photographie de  votre affaire en devenir d’autre part.

C’est grâce à cette approche préliminaire indispensable que nous pourrons par la suite opter ensemble pour une procédure de divorce.



La loi du 26 mai 2004 a réformé en profondeur les différentes procédures de divorce.

Son objectif est de les simplifier, les rendre plus efficaces et moins conflictuelles. Il existe quatre divorces différents :

Le divorce par consentement mutuel

Le divorce par consentement mutuel suppose que les époux s’entendent sur le principe du divorce et sur toutes ses conséquences. La procédure est allégée. Le divorce peut être, en principe, prononcé dès la première comparution devant le juge. 

Le divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage

Il s’applique lorsque les époux sont d’accord sur le principe du divorce mais pas sur ses effets. Ceux-ci seront décidés par le juge en considération des éléments apportés par les parties. L’accord des parties pour divorcer, une fois donné, est irrévocable.

Le divorce pour faute

Le divorce pour faute peut être utilisé lorsque l’un des époux a des fautes à reprocher à son conjoint ou lorsque les deux se reprochent mutuellement un comportement fautif.

Le divorce pour altération définitive du lien conjugal

Le divorce pour altération définitive du lien conjugal remplace le divorce pour rupture de la vie commune. Pour qu'il soit prononcé, il suffit que le juge constate une altération définitive du lien conjugal depuis deux ans.